lundi 2 avril 2018

Homélie Veillée Pascale 2018 ...

Chers amis…Nous voici réunis une fois encore pour fêter Pâques.

Cette démarche nous est peut être habituelle…en aucun cas elle ne peut devenir banale, routinière.

Ne fêtons nous pas un événement toujours bien actuel ? Christ, celui qui fut crucifié est ressuscité…relevé d’entre les morts…et sa résurrection vient se prolonger , en nous, et dans le monde.

Au cœur d’une actualité nationale et internationale, avec ses côtés tragiques et menaçants, avec ses guerres, ses attentats, il suffit de penser chez nous à ce qui s’est passé au Super U de Trèbes la semaine dernière…. au milieu aussi d’événements personnels, familiaux qui se succèdent, tant heureux que malheureux ...Pâques vient réveiller , relancer, ressusciter notre Foi . « La rencontre du Christ m’a permis de faire face à ma vie d’étudiante depuis que je suis en France, malgré l’indifférence, la jalousie ou le racisme vécu au quotidien » me confiait récemment une jeune adulte que j’accompagne.

Serions-nous seulement les détenteurs d’une belle histoire. ? NON. Le Christ’est mort de tout ce qui nous empêche de vivre, pour nous, pour l’humanité , et c’est ce qui donne sens à notre vie..

Serions-nous seulement les détenteurs d’un quelconque secret sur la mort qui nous donnerait une sérénité plus grande ?… NON : le ressuscité c’est Celui qui a été victime de la violence injuste. Violence aujourd’hui en Syrie dont les premières victimes sont les enfants, Violence en Irac, en Afrique, et ailleurs , victimes des attentats, des tremblements de terre….la résurrection c’est la dénonciation du règne de la violence et de la mort injuste ! Aujourd’hui, comme hier…Avec les seules armes de l’amour et de la fraternité.

Nous ne sommes en fin de compte que des hommes et des femmes , des jeunes et des enfants invités sans cesse à passer de la peur à la confiance, invités à CROIRE sur Parole, invités à VIVRE de cette parole , à la faire circuler.

A la suite de ces femmes dont la tradition nous gardent les noms, , Marie Madeleine, Marie venues au tombeau pour « Voir » faire le deuil de leur ami, prier sans doute….Comme elles ce soir laissons nous surprendre, bouleversés, retournés,…

Mais , ces femmes que voient-elles stupéfaites ? Leur regard est invité à se déplacer…et voir ailleurs celui que la mort n’a pu retenir prisonnier.

Car jésus, s’il est vivant n’est plus présent de la même façon. C’est plutôt la présence du « cœur à cœur » des amoureux, cette présence qui réunit malgré l’absence, malgré la distance.

Devant un tel message, , un tel événement la seule démarche dit l’Evangile : « se laisser atteindre, toucher, être remué au plus profond de soi » par un événement qui dépasse tout…et qui met en mouvement au-delà de tout !

«Pour accueillir une telle nouveauté ,, il faut prendre le temps de se poser, savoir faire le vide autour de soi et en soi. c’est ainsi seulement qu’on entre dans le mystère de Dieu »

Là où on voyait des gestes normaux , on découvre une recherche de vérité, là où on voyait des attitudes banales, seulement des fragilités, on découvre des merveilles, là où on avait rien entendu on discerne des appels .Là où on ne voyait que la mort on discerne des liens plus fort que tout, ,ça se passe dans un échange, en couple ou à plusieurs, ça se passe dans la prière , l’Eucharistie ou quand nous nous retrouvons autour de l’Evangile et que Jésus nous invite à prendre à bras le corps la réalité, à choisir la vie, servir la fraternité.

La résurrection est comme un accouchement. C’est peut être pour cela que les femmes furent les premières réceptives à ce message nouveau du fond de leur être !

Le tombeau en effet est vide . Jésus est ailleurs, il précède, il est passé devant. Désormais la mort ouvre sur la vie. 

On comprend mieux qu’une fois sorties du tombeau, ayant elles mêmes passées par ce vide, elles repartent « à la fois tremblantes et toutes joyeuses ».

On comprend mieux la double invitation, celle de l’Ange, celle du ressuscité lui-même « Soyez sans crainte. Mais annoncer la nouvelle et rendez vous en Galilée »

Invitation qui nous est lancée ce soir…

Galilée aujourd’hui de nos quartiers, de nos lieux de vies, de nos cités, là où se joue les défis de la vie, le travail, le logement, l’éducation, la santé ..Sur le terrain du vivre ensemble, du service du bien commun, du service du frère, les amis du ressuscité sont attendus pour continuer à tisser ensemble « avec nos différences une terre solidaire »

Galilée aujourd’ hui , pour continuer à sortir de nos clochers, de nos habitudes, de notre petit confort spirituel, pour continuer à tisser ensemble des communautés fraternelles……..

Enfin, le passage de Dieu dans notre vie, l’expérience de sa rencontre, n’est elle pas comme ’une amitié si forte qu’elle veut laisser un feu en chacun de nous... un désir de vivre et de faire vivre..

Je pense à tous ceux qui donnent de leur vie pour aider, soutenir, et même parfois sauver les autres.je pense à tous ceux qui tiennent debout, malgré les épreuves, le deuil, à tous ceux qui se redressent, relancent la vie autour d’eux, acceptent de repartir. Ils sont témoins du ressuscité dans la banalité d’un quotidien qui nous invite à passer de la mort à la vie.

«Et, si par le baptême dans sa mort nous avons été mis au tombeau avec lui c’est pour que nous menions une vie nouvelle » nous dit l’apôtre Paul.

Alors, avec ces 5000 catéchumènes baptisés cette nuit de Pâques, avec tous les baptisés d’hier et de longtemps, avec vous Pauline, Fanette, Zélie, Nathan, Alizée, Esther qui fêtez votre communion, avec vous tous, comme ces femmes au matin de Pâques, je pourrai dire en vous voyant, « oui » il est vraiment ressuscité, il vit en vous. Amen

Gérard Rey.